Prochains ateliers :

Programme :
Pistage : Jeudis 3, 10, 17 et 31 Mai
Jeux : 6 Mai au Musée (Eyzies), 12 Mai à Ludik (Bergerac)
Fête des Bâtons : Dim 20 Mai
WildTrip#013 : 21/22 Mai
Goompi chez Tich&Grava : 25 au 27 Mai

2018-02-24

24 Février 2018 - Pistage

Je Suis La Piste "vu à la TV" sur France 3 Périgords   :-D

Matinée d'initiation et après-midi de perfectionnement au Pistage animalier dans les bois de Beauregard-et-Bassac (24), sous les caméras de France 3 Périgord.

Les groupes du matin et de l'aprèm' et l'équipe de France 3 Périgord.

Diverses traces trouvées en chemin...
  
Les exercices d'éveil des sens, d'auto-pistage et les moulages d'empreintes.
Merci à Tiphaine, Mathilde, Ronan, Marie-Claire, Pascal, Bernard et Pierre pour votre curiosité et votre bonne humeur.  A l'équipe de France 3 (Philippe et Florian) pour votre présence et votre sympathie.  Et à Andréas pour le prêt des magnifiques bois !

2018-02-17

17 & 18 Fév 2018 - WildTrip #011


 http://jesuislapiste.blogspot.fr/p/wild-trip.html

Notre premier WildTrip officiellement ouvert au public !
Le groupe (Julie, Mathilde, Thomas, Damien & Francis) est rapidement constitué et s'avèrera dynamique, efficace, motivé et joyeux.

Les 5 Wildies : Julie, Mathilde, Thomas, Damien & Francis.

Départ le Samedi matin depuis le petit village de Molières 24480.  Après les présentations, Damien (le Navigateur) mène les Wildies jusqu'à la forêt de la Bessède.  Les températures sont très clémentes pour un mois de Février et la pluie très éparse.
Arrivés à la Palombière, nous suivons la Piste de JSLP... vous savez, le logo avec les doigts de pieds ?

Le parcours, les traces et les Brisées.

Puis la Piste bifurque dans les bois où nous devons suivre le Code des Brisées qui nous fait passer devant des traces de Blaireaux (pots-aux-crottes) et d'Humains (détritus, que Thomas ramasse dans son WildBag).  Une Brisée après l'autre, nous nous rendons au cœur de cette forêt mixte (Chênes, Noisetiers, Charmes...).

Les déchets ramassés en chemin...

Après le pic-nic, nous nous mettons en quête du meilleur emplacement pour établir notre camp (Mathilde est responsable de ce pôle).  En arpentant la forêt, nous tombons sur de nombreuses traces (Blaireau, Cerf, Chevreuil) qui vont aiguiller Mathilde sur son choix...  Mais la topographie, l'exposition au vent, au Soleil levant, la présence à proximité de bois mort et de pierres pèseront autant dans la balance.  Une grande boucle plus tard, nous revoilà juste en contrebas de notre coin-pic-nic...  sur une plateforme aménagée en pierres et terres, avec deux foyers qui nous attendent.  L'endroit idéal était sous notre nez depuis le début, mais au moins nous avons maintenant pris connaissance de ce qui nous entoure.

Montage du camp.

Mathilde planifie le campement et nous l'aidons à le matérialiser.  La pluie se fait sentir et nous tendons une grande bâche entre les arbres.
Julie, responsable du Feu, s'attèle à ramasser du bois sec (pas évident!) et à le classer par taille.  Nous voyons un gros Brocard (Chevreuil mâle) cavaler dans les bois !

Nouvelle technique de ramassage du bois :-)

Tous les Wildies s'entraident et nous sommes assez vite installés.  Nos affaires de couchages restent tout de même protégées dans nos sacs pour éviter de trop prendre l'humidité.

Il est temps de passer à la Mission : l'allumage du Feu.

Démo' d'allumage de Feu.

Francis explique les bases de cette réaction-en-chaîne magique et fait d'abord une démonstration avec un briquet acier, un silex et du coton carbonisé.  Ce qui, d'habitude, prend 10 secondes montre en main, devient un calvaire dans cette humidité ambiante.  Le coton carbonisé prend l'étincelle, mais celle-ci s'éteint aussitôt.  Finalement, le coton prend, la braise est transférée au nid de paille, et la flamme prend vie !  Maintenant, les choses sérieuses : démo de Feu par friction.  Malgré tous les efforts des orgas', la braise ne vient pas.  Les ampoules aux mains, elles, sont bien au RDV...  Au tour des Wildies de s'essayer.  Au moins pour comprendre les mouvements et les techniques.  Puis, chacun s'essaye à l'allumage médiéval (briquet silex), et ils réussissent à obtenir la flamme !

Les Wildies mettent le feu !

On va pouvoir manger chaud !
Thomas met alors la main à la pâte (responsable nourriture) en nous préparant celle des chapatis, tandis que le reste du groupe attise le feu ou aide à la préparation du repas.
Sur ce, la nuit tombe et les flammes laissent place aux braises... il est temps de cuire les chapattis directement dessus :-P
L'imagination et la gourmandise des Wildies n'ont pas de limite : nous nous régalons au dessert de bananes-au-chocolat au feu de bois !!!
Un peu de musique, des blagues, des discussions et des rires nous font passer une très agréable soirée, sous quelques étoiles qui percent (bâche relevée).

Soirée et matinée.

Au matin, Damien et Francis, réveillés par les chants de la Grive Musicienne, font la récolte de bois sec pour raviver le feu pendant que le reste de la troupe dort encore.
Réveil tranquille et convivial au coin du feu à boire son Tchai chaud et partager le petit déjeuner.
Nous plions le camp et croisons une harde de Sangliers apeurée et en fuite... nous approchons de la fin de la saison de chasse.  Les chasseurs étaient avertis de notre présence jusqu'au Dimanche midi, il est 13h, nous avons un peu traîné... maintenant il faut se speeder.  On entend les 4x4 et décidons de ne pas prendre de risque : nous retournons à la voiture de sécurité et ramenons tout le groupe sain et sauf au parking.  Y échangeons nos impressions.  Tout le monde semble enchanté et prêts à remettre ça (mais quand il fera un peu plus chaud quand même !).  Nous aussi sommes ravis de cette première expérience en groupe.  Vivement le prochain !  Et merci et bravo à Julie, Mathilde et Thomas pour cette aventure partagée !  Grand merci également à Manue pour les bois :-)))

Wild Cancan

2018-02-13

3 couches

Voici une astuce pour se vêtir efficacement par temps froid, sans avoir l'air de Bibendum :
Plutôt qu'un énorme pull/manteau sur un t-shirt, il faut privilégier plusieurs couches de vêtements superposées.
Ces couches, classées en 3 catégories, doivent respecter un certain ordre.
1 - Couche de base, à même la peau.  Le contact avec l'eau fait rapidement baisser la température.  Aussi, il faut que notre peau soit en contact avec un vêtement sec, qui n'absorbe pas notre transpiration.  Le coton absorbe l'eau et sera donc a éviter en couche de base.  Il faut miser sur des sous-vêtements en fibres synthétiques respirantes, ou mieux sur de la laine mérinos.
2 - Couche d'isolation : l'air étant un excellent isolant, il faut que cette couche en emprisonne un maximum pour être efficace.  Les vêtements polaires sont idéaux. Pour éviter de trop transpirer, on retirera des couches d'isolation pendant l'effort, et on en remettra pour ne pas attraper froid avant ou après.
3 - Couche de protection : doit nous protéger du vent, de l'humidité extérieure et rester perspirante.  Le Gore-Tex est un bon matériau.